Dans les coulisses de la qualification /certification coût global

A l’heure des économies sur les coûts de construction et d’énergie, la demande en études de coût global devient croissante. Une mission pour laquelle les économistes de la construction et les programmistes sont des acteurs référents, de par leur formation et leur expérience. Afin de les aider à valoriser cette compétence et d’offrir aux donneurs d’ordre un repère de qualité, l’OPQTECC a créé les qualifications/certifications Coût global et Coût global étendu en début d’année 2017. Jean-Marie Reber, président de l’OPQTECC et membre du groupe de travail sur ce sujet, revient sur les étapes qui ont donné naissance à cette qualification.

Pourquoi avoir décidé de créer une qualification/certification Coût global ?

Jean-Marie Reber : Nous avions déjà créé une mention Coût Global en 2015, mais les maîtres d’ouvrages sont de plus en plus demandeurs de ce type d’études. Les calculs en coût global permettent de concevoir un bâtiment de manière à optimiser les dépenses non seulement de construction mais aussi et surtout d’entretien, de maintenance, d’exploitation et de fin de vie. Avec les enjeux actuels d’économie budgétaire et de développement durable du secteur de la Construction, la demande d’études en coût global est donc de plus en plus forte. Les économistes de la construction et les programmistes disposant du savoir et du savoir-faire pour réaliser ces études spécifiques, la création d’une qualification/certification était pertinente. Rien n’ayant encore été mis en place, nous avons décidé d’être précurseur sur ce sujet.

Quelles ont été les premières étapes ?

J-M R. : Nous avons créé un groupe de travail avec divers membres du Bureau OPQTECC, parmi lesquels Serge Massis, représentant de l’AITF qui nous avait fait part d’un réel besoin des ingénieurs sur ce sujet. Nous avons aussi consulté des professionnels extérieurs à l’OPQTECC afin d’affiner notre réflexion. Un spécialiste du coût global est ainsi venu nous en exposer tous les tenants et les aboutissants. D’autre part, nous avons rencontré des Responsables des services techniques de la Ville de Lyon, Toulouse et de la Métropole Rouen Normandie qui ont partagé avec nous leurs besoins dans ce domaine. Fort de ces échanges, nous avons pu entamer la rédaction des documents constituant la qualification/certification en sachant qu’elle serait en adéquation avec la réalité du marché.

Comment avez-vous déterminé les critères de qualification/ certification ?

J-M R. : Nous nous sommes basé sur la norme ISO/DIS 15686-5 qui définit la méthodologie et les principes d’applications du calcul du coût global. En fonction des éléments présentés comme nécessaires à ce type d’études, nous avons listé les documents qui seraient demandés pour notre qualification. Finalement, les critères ayant été dictés par la norme, ils sont d’autant plus garantis d’être impartiaux. A noter que nous avons créé une qualification/certification Coût global pour les économistes de la construction, (axée uniquement sur le bâtiment), mais aussi une qualification/certification Coût global étendu pour les programmistes (intégrant le bâtiment mais aussi tous les éléments immatériels périphériques). D’autre part, pour les études en coût global, nous avons définis 2 qualifications : A) capacité de faire une étude sur certains éléments d’un bâtiment et B) capacité de faire une étude sur l’ensemble d’un projet.

Que faut-il fournir pour les obtenir ?

J-M R. : Selon qu’il s’agit de la qualification/certification coût global ou coût global étendu, le nombre d’études de projet à fournir varie. Mais dans les deux cas, nous demandons que les études comprennent l’identification des postes de dépenses sur l’ensemble du cycle de vie ; les règles de définition du périmètre physique de la démarche ; les indications sur l’horizon de temps et sur le taux d’actualisation ; les hypothèses de taux d’inflation générale, des scénarios pour l’énergie, etc. ; et en synthèse les résultats du calcul en coût global détaillés par postes de dépenses. En outre, pour la qualification/certification Coût global étendu, les programmistes doivent aussi fournir en plus une démonstration d’une hypothèse de coût global étendu comprenant les coûts sur les externalités, les coûts hors construction et les revenus, ainsi qu’en synthèse les résultats de calcul en coût global étendu détaillés par postes de dépenses.

Pré-requis pour prétendre à la qualification /certification Coût global

Être qualifié ou certifié :

  • d’une part, en Assistance économique (1.4), ou en Etude d’esquisses, d’APS, d’APD (2.1.1) et en Etudes de projet/Etudes d’exécution/Assistance Contrats de Travaux (2.1.2
  • Et disposer au minimum d’un référent ayant suivi une formation spécifique sur le Coût Global basée sur la norme ISO/DIS 15686-5.

Pré-requis pour prétendre à la qualification/ certification Coût Global étendu

  • Programmation architecturale et technique (1.3.1) A + B+ C et/ou D
  • Et disposer au minimum d’un référent ayant suivi une formation spécifique sur le Coût Global basée sur la norme ISO/DIS 15686-5.

Dans la même catégorie...

14 février 2019
Roadshow Untec : une matinée pour s’initier au BIM !
Le 8 février dernier, à Bruges, se tenait la première étape du Roadshow de la construction, organisé par l’Untec et la SMABTP. La trentaine de participants comptait dans ses rangs...
10 avril 2018
L’OPQTECC vous invite à échanger sur le coût global
Du 31 mai au 1er juin 2018, l’OPQTECC vous attend au Congrès international des économistes de la construction qui se tiendra à Paris. Cette année, l’événement aura pour thème central :...
13 décembre 2017
Le plan rénovation énergétique : une opportunité pour les économistes de la construction et les programmistes
Le 24 novembre dernier, les ministres de la Transition écologique Nicolas Hulot et de la Cohésion des territoires Jacques Mézard annonçaient la mobilisation de 14 milliards d’euros pour rénover 500...