Clause de changements de contrôle

Clause de changements de contrôle

Clause de changements de contrôle

Lorsqu’une entreprise titulaire d’un marché de maîtrise d’œuvre fait l’objet d’un rachat, cela soulève des questions cruciales quant à la possibilité pour le maître d’ouvrage de résilier le contrat. Nous allons donc examiner les implications juridiques entourant cette thématique délicate et mettre en lumière les conditions, obligations et précautions à considérer dans de telles situations.

1. Autorisation préalable de l’acheteur

Selon un avis du Conseil d’État datant du 8 juin 2000, l’accord préalable de l’acheteur est indispensable avant toute cession de marché public. Ce principe s’applique même en l’absence de clauses spécifiques dans le contrat. Le refus de cession doit être justifié par un motif légitime, notamment l’appréciation des garanties professionnelles et financières du nouveau titulaire.

2. Conditions de cession et modifications du marché

Le Code de la commande publique (CCP) prévoit explicitement la possibilité de modifier un marché en cas de substitution du titulaire initial par un nouveau titulaire. Cette substitution peut avoir lieu lors d’une cession due à une restructuration, comme un rachat. Cependant, cette modification est soumise à des conditions strictes, notamment l’absence de modifications substantielles.

3. Clause de changement de contrôle

Pour anticiper de telles situations, il est recommandé de stipuler une clause de changement de contrôle dans le contrat de maîtrise d’œuvre. Cette clause ferait obligation au titulaire du marché de solliciter l’autorisation préalable de l’acheteur avant toute cession du marché à une entreprise tierce, particulièrement en cas de rachat.

4. Refus légitime de l’acheteur

Un refus de l’acheteur doit être légitime et basé sur des considérations d’intérêt général, telles que l’incapacité technique et financière du cessionnaire. Tout refus illégitime peut entraîner des conséquences juridiques, y compris l’annulation par le juge administratif et des frais de réparation pour le titulaire du marché.

5. Automatisme de la résiliation

Il est crucial de noter qu’il est inapproprié de stipuler automatiquement la résiliation du marché en cas de rachat de l’entreprise titulaire. Chaque cas doit être examiné individuellement, et seul un refus légitime de l’acheteur peut conduire à une éventuelle résiliation, avec indemnisation du titulaire en cas de préjudice.

Conclusion

La résiliation d’un marché de maîtrise d’œuvre suite au rachat de l’entreprise titulaire est soumise à des règles strictes. Anticiper ces situations par le biais de clauses contractuelles adaptées et respecter les procédures légales sont essentiels pour éviter des litiges coûteux et assurer la continuité des projets de construction et d’ingénierie. Une approche réfléchie, basée sur une compréhension approfondie du cadre juridique, est la clé pour naviguer avec succès dans ces eaux complexes.

Dans la même catégorie...

Rémunération de la Maîtrise d’œuvre
22 février 2024
Rémunération de la Maîtrise d’œuvre
Lors de marchés de travaux privés, il est parfois envisagé qu'une entreprise de travaux rétrocède une partie de sa rémunération au maître d’œuvre. Cependant, cette pratique soulève des questions quant...
Clause d’Actionnariat et Gestion des Conflits d’Intérêts dans les Marchés Publics
15 février 2024
Clause d’actionnariat / conflits d’intérêts
La question de la participation d'une entreprise de travaux en tant qu'actionnaire principal dans les marchés publics suscite des interrogations sur l'équité des processus décisionnels. Dans le cadre des procédures...
10 janvier 2024
La transition écologique signifie t’elle l’arrêt de la croissance économique ?
Qu’appelle -t- on la transition écologique ? De manière générale, il s’agit du processus par lequel les sociétés humaines s'adaptent aux changements environnementaux et, en même temps, réduisent leurs impacts sur...