Le programmiste, un acteur essentiel dans la construction

Le programmiste, un acteur essentiel dans la construction

La programmation architecturale et technique intervient en amont d’un projet et participe à sa réussite. Elle est devenue un métier à part entière qui vise à établir les objectifs, les contraintes et les exigences d’une opération. Monique Lopez-Barrera, responsable programmation au sein de la Mairie de Paris, rappelle le rôle essentiel du programmiste et l’intérêt d’une qualification pour tous les acteurs du projet.

Quelle définition donneriez-vous de la programmation architecturale et technique ?

Il s’agit d’une démarche initiée en amont du projet pour cadrer l’opération, mettre d’accord l’ensemble des acteurs et définir toutes les composantes du projet (les conditions de faisabilité, le budget, etc.). La programmation architecturale et technique vise à élaborer le cahier des charges de consultation de la maîtrise d’œuvre.

Quel est le rôle du programmiste architectural ?

Il tient le rôle de chef d’orchestre dans le cadre de l’élaboration du programme architectural et technique d’une opération en construction ou réhabilitation. Il réalise l’état des lieux, met en place la concertation avec les utilisateurs pour cadrer les besoins, l’intervention de différents experts et les synthèses. De plus, il peut inviter les acteurs à arbitrer sur des éléments nécessitant une orientation particulière. Une fois toutes ces composantes mises en musique, il s’attèle à la rédaction finale du cahier des charges. Le rôle du programmiste est de chercher les éléments de contexte, de mettre en lien les différents intervenants… En résumé, c’est lui qui met en place l’ensemble de la démarche autour d’un projet bâtiment.

En quoi la qualification OPQTECC est-elle nécessaire ?

Aujourd’hui, il n’existe pas de formation initiale de programmiste. Le master II de programmation urbaine, architecturale et technique a été abandonné au bout de six ans. Toutefois, l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris la Villette en collaboration avec l’École des Ingénieurs de la Ville de Paris et l’École d’Urbanisme de Paris viennent de lancer un post-master intitulé « D-PRAUG ». C’est une formation qui s’adresse aux professionnels, d’ailleurs la plupart des programmistes sont architectes, ingénieurs, urbanistes ou autres ! Grâce à la qualification OPQTECC, ils peuvent justifier leurs compétences spécifiques. C’est un vrai plus par rapport à une formation continue.

Quelles compétences la qualification OPQTECC permet-elle de valoriser ?

La programmation est composée de plusieurs phases allant de l’amont vers l’aval : Etudes préalables (A), Programmation (B), Assistance commission technique concours (C) et Suivi adéquation programme/projet en phases APS et/ou APD (D). Si A, B et C sont souvent associés car maîtriser ces trois phases est préférable, l’OPQTECC permet toutefois dorénavant de combiner seulement A et B. La phase D, elle, se distingue car les maîtres d’ouvrage font parfois cette mission en interne.

Qu’y gagne les programmistes ?

La programmation architecturale n’est pas ou peu valorisée par un diplôme. La qualification de l’OPQTECC assure que les professionnels possèdent cette compétence et permet de prouver qu’ils ont suffisamment d’expérience pour répondre aux enjeux de leurs clients.

Et en quoi la qualification est-elle intéressante pour les donneurs d’ordre ?

Dès lors que le programmiste est qualifié ou certifié, le maître d’ouvrage est rassuré. Non seulement la qualification offre une garantie mais aussi un vrai gain de temps ! En effet, faire appel à une personne sans qualification avec équivalence, implique de devoir demander des attestations et des justificatifs, et de se lancer dans des recherches plus approfondies. L’OPQTECC ayant déjà analysé les références des qualifiés, le maître d’ouvrage n’a plus à le faire.  

Comment peut-on obtenir cette qualification programmation architecturale et technique ?

Il faut constituer un dossier auprès de l’OPQTECC et remplir l’ensemble des formulaires. Des attestions de donneurs d’ordres sont également demandées. Ensuite, le professionnel doit présenter trois études complètes accompagnées des étapes détaillées. Analysés par les instructeurs, ces éléments permettent de savoir si la démarche est bien comprise, si les réponses apportées aux problématiques sont pertinentes, si le programme est bien argumenté, etc.

Combien de personnes bénéficient de cette qualification de programmiste ?

Au dernier recensement, il y a environ 3000 professionnels pour 300 structures. Et on compte une centaine de qualifiés et de certifiés en programmation. Il est toutefois essentiel que cette qualification gagne encore du terrain car c’est un véritable atout pour tous les acteurs concernés  !

LES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES OPQTECC EN PROGRAMMATION

Programmation architecturale et technique
La programmation architecturale est la définition du cadre et des conditions de réalisation du projet architectural auprès du Maître d’Ouvrage. Elle se situe à l’interface entre la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre. Elle a pour objet spécifique la maîtrise de la commande de bâtiment et ses équipements pour le compte de la maîtrise d’ouvrage.
Les qualifications et certifications OPQTECC recouvrent 4 domaines
A : Etudes préalables – Recueil des données – Fonctionnement – Faisabilité – Préprogramme
B : Programme
C : Adéquation programme / projet en phase concours – commission technique de concours
D : Adéquation programme / projet en phase post concours – suivi de projet en phase avant-projet
Télécharger la fiche qualification Programmation architecturale et technique

Programmation urbaine 
La programmation urbaine a pour objectif de définir le cadre, les objectifs et les conditions d’élaboration d’un projet urbain pour le compte de la maîtrise d’ouvrage urbaine.
● Elle instruit les dimensions qualitatives et quantitatives des fonctions et des usages, et vise à maîtriser la complexité du projet urbain en considérant simultanément ses aspects stratégiques, économiques et sociaux, environnementaux, réglementaires et juridiques.
● La programmation urbaine se présente dès lors comme une démarche collaborative, à la fois stratégique et opérationnelle, articulant les sphères politiques, techniques et citoyennes, en intégrant à différents niveaux les modalités de concertation avec la population.
● Elle peut être mobilisée à chaque moment de l’élaboration à la mise en œuvre de l’opération urbaine. En amont, elle peut avoir une dimension de stratégie de long terme (échelle de construction de la ville). Lorsqu’elle se situe sur le plan pré opérationnel, la programmation urbaine accompagne et cadre les missions de maîtrise d’œuvre urbaine, et participe à leur évaluation. Elle est à ce titre l’interface et ou le relais entre la maîtrise d’ouvrage urbaine et la maîtrise d’œuvre urbaine.
● Enfin, elle peut être généraliste ou thématique : elle peut porter sur un ensemble de composantes urbaines (habitat, espace public, équipements, commerces, activités…) ou sur une seule composante.
Les qualifications ou certifications OPQTECC recouvrent 4 domaines :
A : Prospective pré-opérationnelle : élaborer un diagnostic territorial ou urbain et formaliser des objectifs pour la maîtrise d’ouvrage urbaine
B : Prospective pré-opérationnelle : élaborer une stratégie programmatique
C : Démarche d’accompagnement du projet urbain : concevoir et animer un processus de projet
D : Rédiger un programme urbain et accompagner sa mise en œuvre
Télécharger la fiche qualification Programmation urbaine

Dans la même catégorie...

19 septembre 2019
Mémento : Les économistes de la construction et les programmistes à l’ère de la transition énergétique
La loi de transition énergétique pour la croissance traite de divers aspects tels que la gestion de la performance énergétique des bâtiments, la rénovation des logements énergivores et la gestion...
13 février 2018
Les missions de programmation urbaine intègrent davantage de management
L’approche collaborative fait son chemin au sein des divers métiers du bâtiment. La programmation urbaine ne fait pas exception. Les délimitations des missions évoluent donc et impliquent que les professionnels...